Le site institutionnel de la Fédération Nationale de la Pêche en France

Accéder au site

generationpeche.fr – Toute l’actu de la pêche en France

Accéder au site

Trouvez les informations pêche de votre département

Accéder au site

cartedepeche.fr - Le site officiel pour obtenir la carte de pêche de votre association agréée

Accéder au site
> > Études

La connaissance des poissons

Étude des populations de Truite fario


Une population piscicole peut s’étudier à travers une espèce repère, caractéristique du milieu considéré et particulièrement sensible aux perturbations environnementales. Pour les contextes salmonicoles, l’espèce repère est la Truite fario (Salmo trutta fario L.). Le département de l’Eure présente de nombreux bassins en contexte salmonicole où la truite en est l’espèce repère.

▶ Etude de la croissance de la Truite fario par scalimétrie

Voir l'image en grand © FDAAPPMA 27 Écaille de Truite farioLe contexte calcaire des rivières de l’Eure, couplé à un climat doux et relativement constant tout au long de l’année est propice pour une croissance rapide des truites. La © FDAAPPMA 27FDAAPPMA 27 a souhaité réaliser sa propre étude scalimétrique pour déterminer la croissance départementale des truites. La scalimétrie est l’étude des stries concentriques de croissance (circulis) présente sur les écailles du poisson. L’étude de ces circulis révèle l’âge du poisson, permettant alors de déterminer un taux de croissance. La pêche électrique ainsi que la collaboration des pêcheurs ont permis l’échantillonnage de 371 truites sur le département pour cette étude scalimétrique. L’étude à révélé une forte croissance départementale des truites, ce qui à permis, entre autre, l’adaptation de la taille légale de capture.

▶ Étude de la reproduction de la Truite fario

© FDAAPPMA 27La reproduction est l’une des phases-clés du cycle de vie d’une espèce. Le renouvellement de l’espèce dépend notamment du succès de cette phase. Le dénombrement des frayères peut être considéré comme un indicateur permettant de connaître l’état des populations de truites sur un cours d’eau. L’objectif des suivis est de localiser et quantifier les secteurs utilisés par la truite et ceux qui sont les plus perturbés. Cartographier ces zones de reproduction permettra d’intervenir et de protéger l’espèce de façon plus pertinente. D’autre part, en axant les inventaires sur les parcours des AAPPMA cela permettra d’évaluer la pertinence des politiques de gestion piscicole qui sont menées et d’obtenir des informations nouvelles pour les documents de gestion des collectivités piscicoles.

▶ Suivi des actions de déconcrétionnement Voir l'image en grand © FDAAPPMA 27

Dans le département de l’Eure, et plus globalement en contexte calcaire, le concrétionnement des fonds est un facteur limitant la reproduction de la Truite fario. Pour optimiser la reproduction de la truite, la Fédération réalise des actions de déconcrétionnement des frayères.

Afin de connaitre l’impact des travaux pour les populations piscicoles, ainsi que l’éventuelle reprise du concrétionnement, des suivis de reproduction ainsi que des pêches électriques sont réalisées sur les surfaces travaillées.

Étude des populations de poissons migrateurs


Le département de l’Eure, avec une position géographique particulière, présente une importante potentialité piscicole. Son ouverture sur la Seine, en liaison directe avec la mer, permet la circulation de diverses espèces amphihalines migratrices. Ces espèces sont remarquables de par leur rareté ainsi que par leur capacité à évoluer dans différents milieux. De plus elles sont de bons indicateurs de la qualité des cours d'eau mais également de la continuité écologique.

Ces espèces apparaissent sur la liste rouge des espèces menacées en ex Haute-Normandie (Liste rouge régionale des poissons d’eau douce de Haute-Normandie 2014) :

  • L’anguille est en danger critique d’extinction (CR)
  • Le saumon est en danger (EN)
  • La grande alose, l’alose feinte, la lamproie fluviatile et la lamproie marine sont des espèces vulnérables (VU)

▶ L’anguille

Comme à l’échelle mondiale, européenne et française, l’Anguille a été classée en Haute-Normandie comme étant « en danger critique » d’extinction. Le Plan de Gestion du bassin Seine-Normandie pour la sauvegarde de l’anguille a été approuvé par la Commission européenne le 15 février 2010. Ce plan de gestion comprend un programme d'évaluation du stock d'anguilles jaunes pour vérifier l'atteinte des objectifs du règlement européen. Sur l’unité de gestion Seine-Normandie, les affluents de la Seine (Risle, Corbie, l'Andelle) sont suivis depuis 2010 par la Fédération de l’Eure pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique en partenariat avec l’association SEINORMIGR en charge d'appliquer ce programme.

En parallèle de ce réseau de suivi, une étude ponctuelle a été réalisée en partenariat avec la Fédération du Calvados pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique. Cette étude portait sur l'évaluation de la population d'Anguille sur le bassin versant de la Calonne : Téléchargez le rapport d'étude Calonne 2011

▶ Les Lamproies © FDAAPPMA 27

Lamproie marine & Lamproie fluviatile

Les lamproies dont le statut est défini comme "vulnérable" comptent deux espèces migratrices majeures. Elles regroupent de forts intérêts (socio-économiques, patrimoniaux et écologiques) et c'est pourquoi la Fédération de l'Eure pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique effectue des suivis scientifiques de ces populations. Ces derniers permettent également de mettre en lumière les axes d’amélioration de la continuité écologique sur les cours d’eau.

▶ Les Aloses

Grande Alose & Alose feinte © FNPF

Actuellement aucun site de reproduction de l’alose n’a été détecté dans le département de l’Eure. Chaque année, des individus sont observés grâce au vidéocomptage de la passe à poisson de Poses sur la Seine. Les Aloses remontent le fleuve afin de trouver des affluents propices à leur reproduction. Les récents aménagements réalisés sur l’ouvrage de Martot, nous permettent aujourd’hui de supposer la présence de cette espèce sur la rivière Eure. Des recherches d’activité de reproduction seront prochainement réalisées par la Fédération. Toute information concernant la présence de cette espèce dans le département intéresse vivement la Fédération (observation, capture à la ligne…).

▶ Les salmonidés migrateurs

Saumon atlantique et Truite de mer © FDAAPPMA 27

Ces espèces sont suivi sur la rivière Corbie. C'est un affluent en rive gauche de la Risle maritime. Ce petit cours d’eau est situé à environ 3,5 km en aval de Pont-Audemer, point de blocage de la migration de la majorité des espèces amphihalines cherchant à remonter sur le bassin de la Risle. À l’heure actuelle, la Corbie y est le seul exutoire permettant d’accueillir des migrateurs pour leur reproduction.

Sur ce cours d’eau, des suivis de la reproduction des Truites de mer (Salmo trutta L.) sont réalisés depuis 2008 par la Fédération. Ces suivis ont mis en évidence un obstacle à la migration anadrome des Truites de mer : le Moulin de Rica. Des travaux de restauration de la continuité écologique ont été réalisés fin 2010, permettent aujourd’hui aux migrateurs de coloniser facilement l’ensemble du bassin versant de la Corbie, soit environ 13 km.

En parallèle de ce suivi, une étude ponctuelle a été réalisée en partenariat avec la Fédération du Calvados pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique. Cette étude portait sur le suivi de la reproduction des grands salmonidés migrateurs sur le bassin versant de la Calonne : Télécharger le rapport d'étude Calonne 2011

▶ Etat initial de la reproduction des poissons migrateurs sur le bassin de la Risle

Sur la Risle, et malgré les obligations règlementaires en vigueur, la quasi-totalité du bassin est encore inaccessible aux migrateurs. Ceci est notamment dû à la persistance du « nœud de Pont-Audemer », complexe d’ouvrages hydrauliques infranchissables pour la majorité des espèces piscicoles, qui interdit toute remontée piscicole sur la Risle dès la limite d’influence de la marée dynamique.

Dans l’attente de l’ouverture du complexe hydraulique, qui permettra la remontée des poissons migrateurs, la Fédération réalise un état initial de leur reproduction sur le bassin de la Risle. Deux types de suivis sont actuellement mis en place sur des tronçons répartis régulièrement entre Pont-Audemer et Beaumont le Roger : Le suivi de la reproduction (lamproies et salmonidés) et des indices d’abondance (IAT et IAA). Ces suivis, via l’évolution de leur résultat, permettront de qualifier la colonisation du milieu par les migrateurs et ainsi d’évaluer la perméabilité du bassin suite au décloisonnement.

Étude des populations de Brochet


© FDAAPPMA 27Une population piscicole peut s’étudier à travers une espèce repère, caractéristique du milieu considéré et particulièrement sensible aux perturbations environnementales. Pour les contextes cyprinicoles, l’espèce repère est le Brochet (Esox lucius L.). Dans le département de l’Eure, on retrouve ce contexte sur la Seine l’Eure.

Dans ce contexte, la Fédération Départementale pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique de l’Eure a mis en place depuis 2010 diverses études et suivis ayant pour objet de mieux connaître les populations de brochets sur le département. L’objectif final est de pouvoir protéger les secteurs fonctionnels et de localiser les zones où il est prioritaire de porter des projets de restauration.

Ces études ont donc exhaustivement décrit les frayères présentes sur les cours d’eau Eure et Seine à l’aide de fiches. Lors d’années favorables à la reproduction du brochet, les frayères ont été prospectées à l’aide de matériel de pêche électrique ou de filet, afin de déterminer leur fonctionnalité (recherche de juvéniles ou d’œufs).

Suivi de la température des rivières


La température des cours d’eau est une variable environnementale majeure qui influence fortement les peuplements piscicoles. Le réseau de sondes thermiques mis en place par la Fédération depuis 2010 permet de mesurer en continu la température de l’ensemble des cours d’eau du département. Afin d’avoir des données sur l’ensemble des masses d’eau euroises, le réseau comptant initialement 15 stations a été complété au fil des années par de nouvelles stations. c'est au total 32 sondes qui sont actuellement déployées sur l'ensemble du territoire eurois. Cela fournit des informations transversales, qui une fois recoupées avec les résultats de l'ensemble de nos études permettent de mieux appréhender l'évolution des milieux aquatiques et des peuplements piscicoles.

Fédération de l'Eure
Pêche & Protection
Milieux Aquatique